21 November 2012

Hanoucca (Inauguration) deuxième partie


Voici donc la deuxième partie de l’explication de la fête de Hanoucca et j’aimerais prévenir à mes lecteurs que cette deuxième partie n’est pas écrite d’une manière neutre mais rentre dans le fond du problème et de ce fait pourrait blesser différentes personnes juives et surtout non-juives… et je m’en excuse d’avance!

Comme la plupart parmi vous le sait, je me réfère à mes notes prises lors de mes cours intensifs(1981), suivis avec mon maître spirituel de toujours, le professeur et rabbin Léon Ashkénazi (ז''ל) connu surtout sous son nom de totem, Manitou et dont lui-même se basait sur deux versets de la Guémarra!

J’essaye donc d’expliquer les conséquences qui se sont formées par la différence de deux cultures, l’une étant grecque et qui s’est presque emparée de l’autre, étant la culture juive.
Cependant, le temps ainsi que la sagesse ont contribué à persuader à l’une des parties que le conflit spirituel entre nous était à l’encontre de la volonté du texte biblique.
C’est peut-être pour cette raison précise que le vénéré Pape Jean Paul II  vint en Israël, exprimer son désarroi vis-à-vis de l’histoire de l’Eglise à l’égard de la Synagogue et c’est devant le Mur des Lamentations que le Pape demanda son « PARDON » au Peuple Juif!

Cet évènement, comme celle de la Création de l’Etat d’Israël et je dirais même le Concile 2 du Vatican, ordonné par le Pape Jean XXIII, ont contribué à l’effort de réconciliation des deux cultures et cette lancée continue aujourd'hui!
J’espère que mon texte (inspiré par les cours de Manitou) contribuera également à redresser notre situation actuelle, d'un resurgissement antisémite dans le monde et qui pourrait être amélioré en l’abordant par sa racine!

Nous avons bien compris que Hanoucca voulait dire «ré-Inauguration de la lumière.» Il va de soi qu’à cette fête les gens se félicitent en hébreu en disant חג אורים שמח  - Joyeuse Fête des Lumières ! L'Evènement qui est ainsi consacré, est l’inauguration du Temple Juif de Jérusalem et nous avons tous compris que les rabbins avaient diagnostiqué que l’évènement qui définitivement sera identifier d’être fêté au 25 du mois de Kislev (en conséquence Hanoucca), sera l’évènement de la victoire des Judéens contre les Séleucides, étant les Greco-syriens (lire la première partie de Hanouca)!

D’où notre question… Qu’est-ce que nous commémorons finalement ? Est-ce la découverte de la petite fiole dans le Temple et si oui…
Pour quelle raison ne pouvons-nous rien lire de cette histoire dans la Bible, ou au moins dans le Talmud ?
Au moment de la fin de la prophétie, le Sanhédrin décida de trier les livres considérés comme « révélés » tandis que les autres textes, même étant des livres de foi, n’étaient pas considérés comme révélés et de ce fait n’ont jamais existé au canon biblique de la Bible Hébraïque.
Sur ce sujet nous avons une grande controverse avec l’Eglise Catholique (les Protestants ayant repris le canon biblique des Juifs).
L’Eglise Catholique a ajouté dans leur Bible des livres que l’on appelle « Apocryphes » (un mot grec qui veut dire : les livres extérieurs) au canon biblique.
De quoi parle-t-on finalement ?
Il s’est passé 400 ans entre la fin de la « prophétie hébraïque » et le début du Christianisme.
Lorsque les Eglises voulurent organiser leur propre canon biblique, elles ont d’abord intégrées les livres du canon biblique hébraïque qui se fini au temps de l’arrêt de la prophétie, après l’histoire d’Esther et de Mardochée, qu’on lit à la fête de Pourim…  

L’Eglise était irritée par cela car elle commençait son histoire, à peu près quatre cent ans plus tard, à l’époque romaine. Elle était donc obligée de faire une « soudure ». L’Eglise a de ce fait ajouté des livres que l’on appelle apocryphes, qui ne font pas parti de la bible hébraïque mais qui se trouve dans les bibles catholiques. Par exemple le livre de Tobie, le livre de Judith ou le livre des Maccabées.
Cela s’est décidé ainsi car dans la tradition chrétienne on prétend qu’il y a eu d’abord le temps de la Bible, qu’ils appellent l’Ancien Testament et ensuite il y aurait eu une bifurcation du Judaïsme au Christianisme. De ce fait ils rattachent leur « Nouveau Testament » à l’Ancien Testament.
En réalité, il y a un mensonge épouvantable car après le temps du récit de la Bible Hébraïque, il se passe quatre cent ans de « Judaïsme… » Et quatre cent ans de vie culturelle juive, c’est énorme… Et uniquement après ces centaines d’années, apparaît le Christianisme comme un schisme du Judaïsme!
Les quatre cent ans qui s’écoulent appartiennent à l’époque du 2ième Temple… C’est-à-dire le temps où fut étudié et écrit ce que l’on appelle la Mishna dont apparaîtra le Talmud.

Cependant l’Eglise, nous montre cette sorte de schéma:
Le Nouveau Testament  dériverait de l’Ancien Testament, pendant que les Juifs réalisent le Talmud…
Alors qu’en réalité il y a eu le temps de la Bible de la « prophétie hébraïque », tout le temps de la Mishna, c'est-à-dire le Talmud et ce n’est qu’après, qu’apparaît le schisme des Chrétiens, quatre cent ans plus tard… L’église, très embêtée de ce trou de quatre cent ans, a essayé de le combler pour faire la « soudure » en collant les prophètes et les apôtres ensemble…

C’est donc en ce temps-là (de 169-167 avant notre ère) que c’est passé l’évènement de Hanoucca! Et nous avons un livre (dans lequel nous avons énormément de renseignements), le livre des Maccabées qui fait partie du canon catholique mais ne fait pas partie du canon juif, parce qu’il n’est pas considéré par la tradition juive comme un livre « inspiré » de la manière que la Bible est inspirée, puisque la « prophétie » c’était arrêté entre-temps.
Il n’y a pas de livre sur les Maccabéens dans la Bible Hébraïque puisque l’époque biblique c’est arrêtée bien avant, c’est donc tout à fait normal.

Mais pourquoi ne trouve-on rien non plus sur les Maccabéens dans le Talmud ? Pourquoi n’avons-nous pas un traité du Talmud qui parle de Hanoucca ?
Il y a une מסחת אשתר « Masséhket d’Esther - un traité d’Esther » tout entier qui parle du livre d’Esther mais nous n’avons pas une « massékhet de Juda le Maccabéen p. ex. dans le Talmud ?

Pourquoi la tradition de Hanouca n’a-t-elle pas été mise par écrit ?
Je vais tout de suite vous donner la réponse et l’expliquer par la suite.
La réponse est ainsi : « Si les rabbins avaient mis l’histoire de Hanoucca par écrit, cela aurait été le signe de la victoire de la culture grecque sur la culture hébraïque! »
Je m’explique:
Le conflit qu’il y a eu entre la Grèce et la Judée avait de multiples dimensions, dont une était extrêmement importante et c’est pour cette raison qu’a été diagnostiqué que ce conflit était grave et que le miracle de la victoire des Judéens était si important.

Les Grecs ont rencontré les Hébreux au temps des Judéens et ils ont diagnostiqué l’identité juive de l’époque (qui était l’exposant de l’identité hébraïque de cette époque) comme étant celle qui était absolument opposée à leur hégémonie culturelle. Ainsi ils ont tout fait pour essayer de l’annuler mais, par une stratégie tout à fait différente que la méthode employé p. ex. par Haman au temps du « premier exil » en Babylonie.
L’Empire Grecque ne voulait pas détruire la Judée comme société, elle voulait la détruire comme idéologie, comme doctrine opposé à la culture grecque. C'est-à-dire les Grecs ne voulaient pas détruire les Juifs mais le Judaïsme, alors que les Perses (l'Iran d'aujourd'hui) ne voulaient pas détruire le Judaïsme mais les Juifs (cela nous fait rappeler quelque chose...?)

Aujourd’hui, je dirais que les deux sont en danger.
Les « ennemis d’Israël » cherchent à atteindre Israël à tour de rôle, par chacune des composantes de l’identité juive.
Il y a trois composantes: la Torah, le Peuple et la Terre (ce que j’appelle, la trinité hébraïque).
Ils ont essayé d’abord à détruire la Torah… Ils n’ont pas réussi. Le Christianisme tout entier ou l’Islam tout entier n’ont pas réussi à enlever la Torah du monde.
Alors ils ont essayé de détruire les Juifs… Ils n’ont pas réussi, Hitler lui-même n’a pas réussi.
Et ainsi aujourd’hui ils essayent de nous couper de notre terre et c’est la raison pour laquelle le conflit actuel de l’antisémitisme qui s’appelle « antisionisme » est tellement grave car nous nous trouvons dans cette troisième phase… Les évènements actuels ainsi que les réactions que nous entendons par des particuliers, p. ex. dans FB, sont une preuve flagrante de ce que j’essaye à expliquer.
Naturellement, ces particuliers le font dans un cadre politique et dans une société démocratique où la critique est admise et je dirais-même souhaitable. Cependant, cette critique est tellement injustifiée, lorsqu’on la compare par d’autres évènements, cinq fois plus horrible ou dangereuse qui se passent au monde…   Il est claire que cette haine vis-à-vis (du comportement) d’Israël n’a plus rien à voir avec des « critiques politiques normales » mais est bel et bien un essai qui a comme but de rayer Israël de la carte mondiale.  
Ces particuliers du FB, aussi illustres ou athées qu’ils soient, ne sont pas apparus tout d’un coup du néant mais viennent d’une culture... Etant naturellement la culture chrétienne ou musulmane...
Quelles sont leurs pensées?
Eh bien! Ils sont d’accord de nous laisser vivre comme Juif, même avec notre Torah mais surtout pas en Israël…
Et dans cette phase nous avons même des Juifs qui donnent un coup de main aux anti-Juifs, pardon, aux antisionistes. Ce sont surtout des Juifs très, très pieux… Vous allez me dire que j’en veuille aux ultra-orthodoxes ? Eh bien oui, car ils ont un point de vue qui est inacceptable dans une société où ils font finalement partis… ! Ils se comportent comme s’ils vivaient encore entres eux à Brooklyn ou à Sarcelles…  

Ce que la Grèce a voulu faire contre la Judée, était de « dénaturer l’identité juive », couper les Juifs de leur identité profonde, c'est-à-dire de la Torah (les cinq livres de Moïse écrit en hébreu).
Prenons un exemple: Les Grecs avaient décidé de traduire la Torah de l’hébreu en grec pour pouvoir l’intégrer dans le patrimoine culturel de l’universel humain, dirigé par la culture grecque.
Cela voulait dire en claire: « Nous les Grecs, nous allons prendre ce livre et nous allons en faire un livre important de la sagesse humaine dans la bibliothèque grecque… »

Les Grecs (dont l’Occident est pleinement imprégné par sa culture jusqu’à nos jours) ont failli réussir.
Si nous regardons 2500 ans après…en parlant de la Bible dans la civilisation contemporaine, ce livre apparaît comme étant le livre des Chrétiens… et… aussi un peu des Juifs...  
Vous comprenez ce qu’ils ont réussi à faire!
Lors de conférences, on commence à dire, pour faire plaisir à l’auditoire, le terme de « Judéo-Chrétien » mais aujourd’hui il va de soi que la Bible… c’est le livre des Chrétiens… ! Les Juifs aussi s’en réclament de façon anachronique. Tout ce passe comme si l’évidence culturelle contemporaine consiste à dire: Eh bien oui, la  Bible est un livre chrétien… c'est-à-dire, de culture grecque…
Ils ont tout simplement approprié notre identité en traduisant la Bible en grecque, ensuite en latin… Ce qui fait qu’il y a cette évidence culturelle que bien évidemment la Bible leur appartient… 
Et c’est aux Juifs de se justifier que ce n’est pas tout à fait ainsi… (bien que depuis la création d'Israël, cette conception se diminue de plus en plus..)
Ils sont arrivés à ce tour de force, de faire croire pendant 2000 ans (un temps culturel énorme) qu’Israël… eh bien, c’est les Romains, qu’Israël… eh bien, c’est naturellement le Vatican. Que le D. d’Abraham, d’Isaac et de Jacob… eh bien, c’est le D. des Grecs ou des Italiens…

Un monde de fou (comme disait Manitou)!
Et depuis quand a commencé cette entreprise ?
Eh bien! En ce temps-là, de Hanoucca et ils ont failli réussir…
Ce conflit n’est pas fini et c’est la raison pour laquelle cela n’a pas encore été mis par écrit!
Nous pouvons également l’expliquer de cette manière: 
« On a essayé de nous faire perde la mémoire car...qu’est-ce-qui fait notre lien à la Torah? 
La Torah-Orale! 
Donc, si nous avions mis par écrit le récit de la victoire de la Torah-Orale sur le Livre, eh bien c’est le LIVRE qui aurait été le signe que les Grecs avaient gagné.

Nous comprenons donc  que l’essentiel de ce qui a d’oral dans la Torah-Orale, c’est Hanoucca! 


חג אורים שמח!

Bonne Fête de Hanoucca!

Claude

 

 

 


4 Comments:

At November 22, 2012 at 3:31 AM , Anonymous Anonymous said...

Je l´ai lu avant d´aller au lit. tres interessant, merci!
Christian Klein




 
At November 24, 2012 at 1:20 PM , Anonymous Anonymous said...

Tres bien. Toda raba ve hag sameach

Robert W. Simon

 
At November 25, 2012 at 10:49 PM , Anonymous Anonymous said...

Merci beaucoup
Super
Annabelle

 
At November 25, 2012 at 10:55 PM , Anonymous Anonymous said...

אולי בכל זאת תוכל לתרגם את המאמר לפחות לגרמנית...חבל לא להבין.

Shoshana Wagner

 

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

<< Home